Non mais, pourquoi faire un bilan carbone ?

Septembre 2020

Récemment lors d’une réunion de lancement d’un bilan Carbone, j’ai présenté les enjeux climats – énergies et notamment quelques chiffres tels que :

En moyenne en 2017 :

  • un Français a génèré 4.5t CO2e
  • un Qatari a génèré 30 t CO2e
  • un Nord Américain a généré 14.6 t CO2e
  • un Allemand a généré 8.7 t CO2e

et que si l’on souhaite contenir la hausse de température à 1,5°C à l’horizon 2100 (préconisation du GIEC), chaque habitant de la planète doit réduire ses émissions pour atteindre un maximum de 1,4 t CO2e par an.

Et là j’ai eu la question :

Mais pourquoi essayer de réduire nos émissions alors que l’on s’aperçoit clairement que nous ne sommes pas si mauvais que ça (pour une fois moins pire que  les Allemands) et que si les autres ne font pas d’efforts, nous Français ne pourrons pas influer sur la baisse du réchauffement climatique ?

Cette question est légitime et plein de bon sens, d’autant plus qu’avant de parler réduction des émissions, il faut savoir quoi réduire et donc réaliser un bilan carbone®. Ce qui est pour les équipes une charge de travail en plus.

Ou alors on ne s’embête pas, on bannit les gobelets en plastiques et on le crie haut est fort sur les réseaux sociaux. C’est facile, c’est « merdique », c’est du greenwashing !

Bref pour en revenir à la question qui m’a été posée. Tout d’abord, je n’attache que peu d’intérêt à la raison pour laquelle une entreprise réalise un bilan carbone®. Que ce soit par une forte prise de conscience des dirigeants et salariés ou un argument purement marketing, les 2 options sont bonnes. Bien sûr la première est plus honorable, mais n’oublions pas qu’une société, pour perdurer, doit être rentable et l’image qu’elle reflète est primordiale.

Ce qui compte le plus ce sont les actions mises en œuvre pour réduire les émissions. Il est de loin préférable une action ambitieuse couronnée de succès pour répondre à un besoin marketing qu’une action anecdotique en réponse à une prise de conscience.

Le bilan carbone® n’est pas un argument marketing, alors que les actions mises en œuvre peuvent l’être si elles ont un réelle impact sur l’empreinte carbone.

Depuis plusieurs mois, nous constatons un engouement croissant pour le durable, pour l’écologique. Aussi, mener un bilan carbone et mettre en place des actions de réduction de gaz à effet de serre et un acte fort pour la survie de l’entreprise. Pour son image.

Dans les années 2000 de nombreuses entreprises ont raté le virage de l’internet, 20 ans plus tard de nombreuses entreprises vont rater le virage du climat et plus globalement de l’écologie.

Voilà pourquoi il faut faire un bilan carbone, car sans cela, mis à part bannir les gobelets en plastiques, nous ne pouvons pas savoir où et comment agir. Et si nous n’agissons pas, notre entreprise risque de souffrir fortement pendant que nous, espèce animale, allons cuire.

Mais n’oublions pas l’essentiel, nous devons tous faire des efforts drastiques pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre. L’enjeu est énorme, il faut préserver les conditions de vie sur terre. Il n’est pas et il n’a jamais été question de sauver la planète !!! La planète va nous survivre, il est question de préserver le climat nous permettant de vivre.